Straight Up : de l'amour sans sexe

Dernière mise à jour : il y a 7 jours

Dans mon train de retour de Paris vers ma nouvelle région de “province”, je repense à Straight Up.

C'est le premier film auquel je suis invitée à l'avant-première. (Merci L'Atelier D'Image)

On ne m’a pas demandé d’écrire une critique dessus mais je sais bien que si on m’a invité, c’est en espérant que j'en parle dans mes réseaux, peu importe leur taille et surtout si, et seulement si (?), j’ai aimé le film.


Et bien, c'est bien le cas. J’ai vraiment aimé le film.

Amateur de comédie romantique fonce, sceptique vas-y quand même, je te jure que tu ne peux pas deviner tous les rebondissements et encore moins la fin.


Le synopsis

Je te donne déjà le synopsis, que je n'ai pas écrit moi-même, mais que je vais te compléter :

"Todd, gay d'une vingtaine d'année et bourré de TOC, est inquiet de mourir seul au point de remettre en question sa sexualité. Quand il rencontre Rory, une jeune actrice débutante aussi drôle qu'énergique et avec son lot également de névroses, les deux vont nouer une relation forte basée uniquement sur le dialogue et pas sur le sexe. L'auteur, réalisateur et acteur James Sweeney, livre une comédie romantique aiguisée et moderne et montre l'étendue des définitions de l'amour et de la sexualité"

La mission de la critique cinéma


Je me sens comme pourvue d’une mission. Ou peut-être surtout pleine d'ego ?

Je me mets une grosse pression toute seule pour essayer de te “vendre” ce film du mieux que je peux et peut-être au passage commencer ma carrière de critique cinématographique (Je n’avais jamais pensé à cette opportunité. Ça me plaît bien, mais je n’y connais pas grand-chose en cinéma, en tout cas pas encore.)


Ça commence mal, je n’ai pas osé poser de question lors du temps de discussion à la fin avec le réalisateur. Les gens ont surtout posé des questions de cinéma auquel je n’aurais jamais pensé : le cadrage, les influences ...


Le cadre est carré ou 4:6 et c'est déjà parce que le réal aime ce format, mais aussi parce que ça rappelle la case dans laquelle la société essaye de mettre les personnages ou nous-même.

Sinon, apparemment quand c’est Todd, c’est un plan statique plus clair et épuré, de manière presque aussi maniaque qu'il a à ranger les maisons des autres qu'il garde lorsqu'ils sont en vacances.

Quand c'est Rory, c'est caméra épaule avec beaucoup plus de mouvements pour un aspect plus chaotique qui serait le reflet de sa personnalité.

Son inspiration viendrait plus de Pavel Pavlosky et de son film Colombus(qu'évidemment, je n'ai pas vu) plutôt que de Wes Anderson et MoonRise Kingdom. (là, j'avais la ref et toi ?)


Le coeur du sujet : remettre en question les normes sexuelles et romantiques 


J’aurais dû rajouter mon grain de sel et poser des questions sur le cœur du sujet :

Les normes sexuelles et romantiques. Mais je ne savais pas comment les formuler. Les questions ne me viennent maintenant. (Je peux tenter d’interroger James Sweeney pour la sortie de son deuxième film en 2023 ?!🤞)


Dans le train du retour, je commence le livre Le prix à payer - ce que le couple hétérosexuel coûte aux femmes, de Lucile Quillet. Cet essai décrit un certain modèle de couple hétéro qui est la norme imposée dans notre monde patriarcal. Je ne peux m’empêcher de le comparer à StraightUp, où dès le début, la norme est l'orientation homosexuelle du personnage principal, Todd.


Certes, il se reconnaissait dans cette orientation jusqu'à ce qu'il ose tenter de la remettre en question et que tout le monde autour de lui en doute. Pourquoi ne pas le croire ? Il est pourtant le mieux placé pour savoir ce qu'il ressent non ? Pourquoi ses sentiments et orientations seraient déjà figés dans son corps ?

Certaines personnes, ressentent-elles une pression d’un cadre gay, lesbien ou bi dès leur enfance-jeunesse ? J’imagine que oui.

Juste parce qu'iels auraient telles ou telles manières de se mouvoir, de s'exprimer, de s'habiller, de consommer.

"Mais Todd, tu ne peux pas être hétéro, tu mets des pulls en cachemire et ton film préféré est la revanche d'une blonde"


Nous sommes dans un monde hétéro, où il y aurait des choses qu'hétéro ou que gay.

Même si la plupart du temps la pression vient d'un cadre hétéro l'inverse minime existe aussi.


Bon en fait je ne suis clairement pas encore critique de cinéma, va falloir m'inviter à plus d'avant-premières. J'ai perdu tous mes mots en quelques jours. Je vous fais un top 10 ou plus, de pourquoi il faut aller voir ce film ? De toute façon, c'est mieux pour le référencement et je suis 99 % plus sûre d'être lue ! Et j'écris pour être lue :)


Pourquoi voir Straight Up ?


  1. Parce que c'est le 1er film d'un réalisateur prometteur avec un sujet unique

  2. C'est un Film miracle : 6 ans de l'idée à sa production aux USA + promotion pendant le covid +2 ans pour arriver à être distribué en France ce qui est très difficile pour les productions indépendantes.

  3. Parce que ça nous fait réfléchir à nos relations amicales, romantiques et sexuelles et que ça passe clairement le test de Bechdel

  4. Pour les dialogues ultra denses, intenses et rapides avec des références partout qu'on ne comprend pas toujours, mais qui méritent sûrement la recherche, mais qui surtout déculpabilisent sur nos propres diarrhées verbales/monologues :)

  5. Parce qu'il y a l'apparition cool de Brendan Scannell, vue dans la série Bondage

  6. Pour soutenir le cinéma indépendant américain et ne pas avoir que des blockbusters genre Marvel dans les salles

  7. Pour soutenir un réalisateur qui a l'honnêteté de dire qu'il n'a jamais regardé un film de Xavier Dolan à part les bandes-annonces pour ne pas trop se faire influencer et pour ne pas trop ou plus encore l'envier.

  8. Parce que StraightUp sort dans les salles le 23 octobre et que clairement toutes les plateformes de streaming vont être inondées de films sur Halloween et Noël alors ça sera mieux de se payer un vrai cinéma.

  9. Parce que c'est un film qui parle d'amour d'amitié et de sexualité qu'on peut clairement aller voir entre potes, date ou même en famille sans (trop) de gênes.

  10. Parce que c'est un film qu'on peut aussi aller voir seul.e pour faire un point avec soi et aussi évidemment juste admirer l'esthétique et passer un très bon moment.





Abonne-toi à la newsletter Let's TalQ pour recevoir toutes les actualités et les articles de TalQ Univers